La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Chloé Brendlé

Message Envoyer un message

Chloé Brendlé

Articles

G. A. V.

de Marin Fouqué
KO social Dans G.A.V., Marin Fouqué propose une narration chorale de notre société unie-désunie autour d’un commissariat de police. Inégal mais percutant. Il est des nuits où l’on se réveille enfin » Cette phrase extraite d’un des récits qui composent la polyphonie de G.A.V. pourrait servir de mantra à l’ensemble du livre, tant l’horizon du deuxième roman de Marin Fouqué semble celui d’une prise de conscience et d’une révolte. En 2019, l’auteur donnait la parole à un jeune de la grande couronne parisienne, ni banlieusard ni campagnard – c’était dans 77, comme le département ; aujourd’hui il recompose, le plus souvent à la troisième personne, parfois à la deuxième du singulier (tu d’un policier désenchanté) ou du pluriel (vous d’un...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

La Fille qu’on appelle

de Tanguy Viel

La colère qui monte

Quatre ans après Article 353 du code pénal, Tanguy Viel nous livre une version au féminin des rapports sociaux. Un roman nerveux et presque noir. C’est, de prime abord, désarmant de simplicité. Laura a besoin d’un logement. Or elle est la fille de Max, chauffeur du maire. Donc elle obtient un rendez-vous avec le maire. Mais le maire n’a que des désirs, lui. Que croyez-vous qu’il s’ensuit ? À partir de cette mince trame dont on se demande très vite comment l’auteur va réussir à la filer sur deux cents pages, le narrateur déploie ses...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

Canoës

de Maylis de Kerangal

Les raccords de Maylis de Kerangal

En sept récits plus un, l’écrivaine cherche à saisir des voix de femmes en différentes étapes de leur vie, et recompose ainsi son propre paysage intérieur. Canoë clair sur océan sombre ». C’est d’abord répertoriée sous ces cinq mots que la voix d’une des narratrices rejoint celles enregistrées pour la radio par les sœurs Klang – voix qui « ne sont plus des voix de métiers ou de savoirs, ni même des voix sociales ou géographiques, mais (qui) deviennent de pures matières acoustiques : elles sont basses ou aiguës, claires ou sombres, grasseyantes...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Au secret de chacun

de Alice Roland

L’art de rien

En dix portraits tendres et drôles, Alice Roland défait la figure de « l’Artiste » majuscule pour s’attacher à celles d’anonymes et aux désirs multiples qui les portent à créer. Pour conseiller la lecture d’Au secret de chacun, on pourrait dire d’abord que c’est un anti-manuel d’art, ou alors une lettre indirecte aux jeunes poètes, un manifeste incertain du désir d’art, un herbier de graines non répertoriées à propager à tous vents rêveurs. Pour dire combien ce livre nous touche, touche juste, vient l’image d’une déflagration douce – un caillou qui ricoche, de proche...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Boulevard de Yougoslavie

de Arno Bertina , Mathieu Larnaudie , Oliver Rohe

En chantier le quartier

Le nouvel opus des éditions Inculte nous entraîne au cœur d’un projet de rénovation urbaine devenu plus collectif que prévu. Récit allegro et à trois mains des aléas d’une aventure rennaise. Ce sont d’autres cervelles que les nôtres qui ont pensé les lieux que nous habitons. » : c’est à Nicole Pierre, l’une des « tricoteuses » du quartier et l’une des voix de Boulevard de Yougoslavie qu’il revient d’énoncer cette vérité que nous avons, hélas, maintes occasions d’éprouver. C’est une des raisons pour lesquelles, lorsque le maire leur présente son projet de rénovation clés en main,...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223